Complètement barré : there goes the neighborhood

« C’est ça le spectacle ? Oh ben quand même on se moque du monde, si j’avais su je ne serais pas venue enfin ! »

La grand-mère se lève et tente de se frayer un chemin vers la sortie, visiblement très déçue. De petits films d’animation projetés sur une musique répétitive, cela ne doit pas résonner avec sa définition de l’art. Pourtant, les affiches donnent le ton : on ne peut pas dire que le spectateur ait été volé. « There goes the neighborhood » est la troisième partie du festival d’art contemporain « How do you are », organisé par les Grandes traversées sous le patronage d’un chorégraphe allemand, Jared Gradinger. Un itinéraire pour s’interroger sur la mort de l’art le temps d’une dizaine de rendez-vous. Mettre en lumière le travail de 26 artistes berlinois et new-yorkais, ce sera la tâche du dernier festival bordelais des Grandes traversées.

Photographie, animation, dj set mais aussi subversion avec un karaoké volontairement raté et des tubes de boîte de nuit modifiés à la bière (je n’ai pas percé à jour le secret du système électronique qui, relié à un demi de TsingTao, distordait le son). Du grand n’importe quoi, donc, et beaucoup de monde pour une ambiance  échauffée : retour sur les trois premiers rendez-vous de la soirée de vendredi.

#1 Projections et exposition photo dans une cave à vins, Pictoplasma et Christine Divito

#2 Projections et exposition photo au magasin Carhartt, Mark Levine et Christine Divito

#3 Happening « musical » et karaoké casserole au restaurant asiatique le Santosha, Sampson Zaharkiv et Sgure

Plus d’infos :

Les grandes traversées : http://www.lesgrandestraversees.com

Jared Gradinger : http://www.jaredgradinger.com

Edit (11/01/09 23h20) : un reportage vidéo/photo sur la soirée

Publicités

4 Commentaires

  1. pouic dit :

    elles sont où les photos ? c’est nul si y’a pas de photos !

    J'aime

  2. pouic dit :

    je préfère tes photos toutes seules.

    je trouve que le son et le défilement type « vidéo », ça enlève beaucoup de ce que tu arrives à créer. paradoxalement, ça atténue l’ambiance. et puis les histoires que ça pourrait raconter.
    quelques unes m’ont beaucoup plu (dans les 2e et 3e vidéos) mais ça n’a pas le temps de « parler », et le son parle pour elles. résultat : rien.

    évidemment, c’est un ressenti perso.

    PS : tu deviendrais pas un peu branchouille, toi ? :)

    J'aime

  3. laurence dit :

    Bonsoir Olivier,
    Ta deuxième vidéo m’interpelle, une exposition de photos ou la détresse transpire dans les clichés, dans des magasins de luxe !……..surement pour faire réagir les clients.La musique correspond au déroulement des photos.
    C’est vrai que cela ne correspond pas à ce que je voyais d’habitude sur ton blog, mais c’est une autre façon d’aborder ton art.
    Bordeaux est une ville ouverte à tous les mélanges de cultures.
    Bonne continuation sur ta manière de nous présenter tes photos.
    Amicalement
    Laurence

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s