Recyclages : Berlin Kultur Lab

Tentons de faire revivre ce blog. Je n’ai pas grand chose de neuf à vous proposer, donc je vais faire jouer la part écolo-citoyenne qui vivote en moi et faire… du recyclage. Attention, j’ai pas dit de la brocante. Ce qui suit ne date pas de la chute du Mur, ni même du temps où on avait un président socialiste. Ce n’est pas de la préhistoire, ça date juste de mai dernier, à Berlin.

À l’époque, une bande de joyeux drilles, journalistes en grenouillère, prenant leur naïveté juvénile à bras-le-corps ont quitté Bordeaux pour Berlin dans l’espoir de produire du contenu multimédia, réseauifié, 2.0, tout ce que vous voulez, bref : moderne, sur la culture à Berlin. Ça a donné Berlin Kultur Lab, près de 70 productions, et c’est toujours en ligne pour les plus curieux d’entre vous.

Pour les autres et les plus fainéants, voilà une sélection de deux diaporamas sonores auxquels votre serviteur a eu l’heur de participer. L’objectif est, je ne le cache pas, de réveiller votre curiosité flapie pour vous amener irrésistiblement vers le reste de notre projet. Et vous arracher à la tentation d’aller pour la 235e fois de la journée vérifier sur la homepage de lequipe.fr que le dernier épisode de Plus bleue la vie n’est pas sorti.

Voici pour ceux qui ont eu le courage de me lire jusqu’au bout.

Le mémorial de la Shoah, constitué de plus de 2000 stèles, est un espace ouvert au public. Il est interdit d’y crier, d’y courir, et, bien sûr, de monter sur les stèles. Pourtant, c’est exactement comme ça que les visiteurs le parcourent.

Raphaël Louvradoux / Olivier Laffargue

Get Down Please - ecran titre

Il porte le nom d’une arme de poing et ses formules sont lapidaires. SP 38 est un artiste d’origine française, établi à Berlin depuis une quinzaine d’années. Quand il est arrivé, la capitale allemande était un paradis pour le street art. Aujourd’hui, elle s’embourgeoise mais le peintre s’y sent toujours à l’aise. Ses collages à la typographie particulière clament “Vive la bourgeoisie” ou “No propaganda”, et tous les Berlinois les connaissent. Rencontre avec un artiste qui s’affiche sur les murs de la ville plutôt que sur ceux de Facebook.

Mathias Kern / Olivier Laffargue

I don't wanna be U're friend on Facebook

Publicités

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s