Pluie d’été

Tu fais quelque chose, n’importe quoi peu importe, la fenêtre est ouverte et tu ne te rends pas compte que les bruits de la ville te parviennent maintenant étouffés. Tu n’entends cette trame de fond, ce crépitement continu que lorsque des « poc » sonores, contre le plancher, t’indiquent qu’il pleut dans le salon. Tu lèves les y eux, vois le rideau qui assourdit les sons mais fais paraître les couleurs plus vives. Sens enfin cette odeur de la ville qu’on rince. Tu prends ton appareil dans une tentative vouée à l’échec de transmettre ces sensations.

Mais bon, tu tentes. Après tout, Ahae, mystérieux milliardaire coréen, mais aussi photographe, a bien bâti une œuvre (discutée) sur ce qu’il observait depuis la fenêtre de son studio de Séoul. Il l’a même exposée à Versailles et aux Tuileries.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s